SEPTFONDS

Un village du Bas-Quercy en Tarn-et-Garonne, ancienne bastide du XIIIème siècle.

Des vies, des histoires, un passé, un présent, un futur... 

Site créé le 23/02/2013 par Jean-Marc Labarta - Dernière mise à jour le 27/11/2018 à 15h14

65 ans après avoir peint ses œuvres exposées à la mairie,  

Salvador Soria, peintre réfugié  espagnol, revient à Septfonds.

 

 

Février 1939 : environ cinq cent mille espagnols fuyant le franquisme quittent leur pays pour se réfugier en France.  Des camps sont construits à la hâte sur les plages du Roussillon, puis dans tout le sud-ouest. Septfonds  fait parti des sites choisis. Ce sont plus de 15000 réfugiés espagnols qui arrivent en train depuis la gare toute proche de Borredon. Parmi tous ces anonymes, militaires républicains ou civils, se trouvent des artistes : des musiciens, des peintres, des écrivains.

 

              Salvador Soria est né le 30 mai 1915 près de Valence. Très jeune, il découvre la peinture. En 1936, surpris par la guerre civile, il part au front avant d’avoir pu réaliser la moindre exposition. En 1939, il se retrouve en France, au camp de Judes à Septfonds. Le maire de l’époque, Urbain Solomiac, ayant eu connaissance de la présence de peintres au camp, obtient des autorités militaires en charge du camp, des autorisations de sorties. C’est ainsi que Salvador Soria réalise deux œuvres qui n’ont, depuis,  jamais quitté la mairie. En échange de quoi, l’artiste dormait dans les locaux même de l’hôtel de ville, grand privilège qui le sortait des conditions très dures de la vie du camp.

 

Juin 2004 : c’est Martine Soria, une de ses filles qui contacte la mairie, simplement pour avoir des photos des œuvres de son père. A partir de là, tout va très vite jusqu’à ce mercredi 30 juin ou l’artiste se retrouve dans la salle d’honneur de la mairie de Septfonds, entouré de son épouse Arlette Roldès…une Septfontoise, et de deux de ses filles jumelles Carmen et Martine. « Désormais, nous pourrons mettre un visage sur cette signature », déclare le 1er adjoint, Jean-Marc Labarta, avant de lui remettre la médaille d’honneur de la ville de Septfonds, au nom du maire et  du conseil municipal.

 

Présentes également au cour de cette cérémonie, les filles du peintre José Marti Aleu, Thèrèse et Aurore, peintre qui réalisa, avec Bonaventure Trepat Samarra, l’immense « Chemin de Croix «  qui se trouve dans la nef de l’église de Septfonds.

 

Après cette émouvante cérémonie et un repas pris en commun, Salvador Soria consacra très amicalement une heure pour donner des informations très précieuses sur sa technique et les matériaux utilisés pour réaliser ses tableaux, aux spécialistes départementaux invités à cette occasion.

             En milieu d’après midi, la famille Soria, guidée par Jean-Marc Labarta et Jean-Pierre Gros, se rendit au Mémorial du camp. Moment émouvant pour le peintre qui passa de longues minutes à observer la campagne environnante. Les souvenirs de cette période ont dû revenir en masse, mais de cela, il n’en dit mot.  Vint ensuite la visite du cimetière  des espagnols où sont enterrés 81 de ses compatriotes, morts au camp. Moment chargé d’émotion lorsque Salvador Soria lut à voix haute le poème de Rafael Alberti, gravé sur une plaque à l’entrée du cimetière et qui se termine par la phrase « no soy la muerte, soy  la nueva juventude » (je ne suis pas la mort, je suis la jeunesse nouvelle).

 

Pour finir la journée, et en « clin d’œil » par rapport au tableau représentant la fabrication du chapeau de paille (un des symboles de l’artisanat local), Salvador Soria visita la chapellerie Bason. Après une démonstration de couture de la tresse de paille, Mr Bason lui offrit une vieille machine à coudre que l’artiste emporta précieusement, comme un trophée.

 

A l’occasion des 90 ans de Salvador Soria en 2005, une importante monographie a été réalisé en Espagne, puisqu’il vit actuellement à Benissa près de Valence. Quant à ses œuvres "Septfontoises", elles sont en cours de classement au patrimoine, grâce à l’effort conjugué de la mairie de Septfonds et du Conservatoire départemental des Arts et Antiquités. La visite de l’artiste n’a fait que renforcer la détermination mise en œuvre pour atteindre ce but.

 

              Les tableaux de Soria, mais aussi des autres peintres espagnols du camp de Septfonds, Josef Ponti Musté, Joseph Marti Aleu et Bonaventura Trepat Samarra, peuvent être vus à la mairie de Septfonds et dans l' église St Blaise de Septfonds.  

    

              Salvador Soria né le 30 mai 1915 à El Grao de València (quartier de Valencia, Espagne), décédé à Benissa (province d'Alicante, Espagne ) le 12 mars 2010. Peintre républicain espagnol exilé lors de la Retirada en Mars 1939 à Septfonds au camp de Judes. Durant son séjour sur la commune, il a réalisé deux tableaux intitulés communément : "La prise de la Bastille", inspiré de "La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix, et "la trilogie de la fabrication du chapeau de paille", inspiré de 3 cartes postales d' époque. Tableaux exposés en mairie.
Hommage à cet immense artiste méconnu en France.