SEPTFONDS

Un village du Bas-Quercy en Tarn-et-Garonne, ancienne bastide du XIIIème siècle.

Des vies, des histoires, un passé, un présent, un futur... 

Site créé le 23/02/2013 par Jean-Marc Labarta - Dernière mise à jour le 27/11/2018 à 15h14

Dieudonné Costes

« Le géant de l’air »

      

         Dieudonné Costes  est    à  Septfonds dans le Tarn et Garonne le 4 novembre 1892, de parents qui exerçaient tous deux la profession d’ouvriers en  chapeaux de paille. Sa jeunesse est partagée entre l’école et le rugby, sport qui  développera son esprit combatif.

         Très tôt, il montre un goût prononcé  pour la technique, mais aussi pour le commerce. A l’âge de 14 ans, il quitte le   berceau familial pour passer deux années à l’école des Arts et Métiers d’Aix en Provence  mais sa soif de concret le fit revenir.

         Son goût de la découverte, sa volonté opiniâtre de s’élever dans la hiérarchie, alliés à une robustesse physique hors pair vont, sans doute, faire de lui le pilote le plus complet de son époque.

       

         Il obtient son brevet de pilote sur monoplan Blériot en 1912, à  l’âge de 20 ans puis le brevet militaire en novembre 1915 et devient l’as de l’aviation sur le front d’Orient pendant la 1ère guerre mondiale. Il totalisera neuf victoires homologuées et accumulera 2400 heures de vol dont 80 de nuits.

         Après la guerre, il entre à la Société Latécoère et participe aux vols sur la ligne Toulouse-Casablanca. Puis il intègre les lignes Ernoult (Bordeaux-Paris) en 1921.                

        

         1923 est l’année charnière Il rencontre Maurice Bellonte qui deviendra son coéquipier, alors qu’il fait partie de la compagnie Air Union, sur les lignes  Paris Londres.

   

         En 1925, il devient pilote d’essai chez Breguet, et se fait apprécier par le chef pilote Robert Thiery qui met au point les avions de raid. Celui-ci se tue dans un accident d’avion en septembre de la même année, près de Fribourg en Allemagne. Costes n’est que blessé, mais est arrêté et inculpé pour «  survol sans autorisation du territoire Allemand ».

        

          A son retour, il devient à son tour chef-pilote chez Breguet. C’est alors que les records vont commencer à s’accumuler :  

 

        1926 : à bord d’un Breguet 19 à moteur Hispano-Suiza, il atteint l’altitude de 5000m en 18 minutes et 50 secondes, record pour les avions biplaces.

       

         26 Septembre 1926 : avec le lieutenant René De Vitrolles, il effectue le vol Paris-Assouan (Egypte), pour une tentative de record du monde de distance en ligne droite, soit 4100 km. Retour avec escales  à Héliopolis, Gabès, Tunis et Rome (soit 9000 km aller-retour).       

       

         28 et 29 Octobre 1926 : à bord du même avion, avec le Capitaine Rignot, il bat le record du monde en ligne droite : Paris-Djask (Iran), soit 5396 km. Retour par Patna, Calcutta, Delhi, Karachi, Bassorah, Alep, Athènes et Rome. A l’arrivée à Paris, 19625 km avaient été effectués en 15 jours, soit 108 heures de vol.   

       

         Fin 1926, Costes  obtient le Prix Dreyfus destiné à récompenser le meilleur raid de l’année.

       

         10 Octobre 1927 : à bord du Breguet 19 G.R. le « Nungesser-coli » , avec son nouveau coéquipier, le Lieutenant de Vaisseau Joseph Le Brix, ils rejoignent  Saint-Louis du Sénégal (4600 km en 26 heures 30), et le 14 Octobre 1927, ils effectuent la traversée Saint-Louis - Natal (Brésil), puis effectuent un tour du monde en 187 jours, soit 57410 km en 43 étapes.

       

        11 au 31 Mai 1928 : ils réalisent un tour d’Europe.                                                                                                                                                                            

       

         13 et 14 Octobre 1929, Costes et Bellonte tentent une première fois la traversée de l’Atlantique Nord, à bord du fameux avion biplan Breguet GR « Super-Bidon » le  « Point d’ Interrogation », mais ont demi-tour aux Açores, à cause des conditions atmosphériques défavorables.                 

       

         27 et 28 Septembre 1929, ils battent le record du monde de distance, en parcourant Paris-Tsitsikar en Mandchourie. Ils effectuent 7905 km en 51 heures et 20 minutes de vol, à bord du « ? ». Retour par Hanoi, Calcutta, Karachi, Alep, Athènes et Rome.                              

       

         15 Décembre 1929 : avec Paul Codos, il remporte le record du monde de distance en circuit fermé au départ d’Istres, soit 8029 km en 52 heures et 36 minutes.

       

         1er et 2 Septembre 1930, Costes et Bellonte, sur le « Point d’ Interrogation »  ,  effectuent la première traversée  Paris – New-York en 37 heures et 18 minutes , soit 5850 km. Ce vol historique constitue la consécration dans la carrière de Costes qui devient, par la suite, inspecteur technique chez Air France en 1933.

  

         Cette même année, il parcourt 22000 km en 105 heures, avec le mécanicien Véron, à travers l’Europe et l’Afrique. Il est nommé Lieutenant colonel  de réserve.

         Le temps passe…

         Après la guerre, il s’éloigne du monde aéronautique et devient, en 1965,  Conseillé Municipal au Mont Dore où il fonde la Société téléphérique de la station. 

        

        Il décède à Paris le 18 Mai 1973, et repose depuis au cimetière de Passy. 

 

        Sources : "Notre tour de la terre" - Costes et Le Brix - Librairie Hachette - 1928

                        "Paris - New-York" - Costes et Bellonte - Editions de la Nouvelle Revue Critique - 1930

                        "Deux records du monde" Costes, Bellonte, Codos - Editions de la Nouvelle Revue Critique - 1930

                       

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy